Accueil
  Accueil>Trouver un emploi>Chiffres clés>L’économie du secteur agricole
 
 

L’économie du secteur agricole
     
   
Agriculture et territoire
Le poids économique du secteur
L’organisation des filières agricoles
     
     
  Agriculture et territoire
     
    En 2010, les 42 029 chefs d’exploitation bretons sont répartis sur 30 829 exploitations (dans le cadre d’exploitations en société, il peut y avoir plusieurs associés par exploitation). Par département, les chiffres sont :
     
   
  Exploitations Chefs d’exploitation
Côtes d’Armor 8 458 11 441
Finistère 7 503 9 902
Ille et Vilaine 7 934 11 567
Morbihan 6 934 9 119
Source : MSA
     
     
    Les exploitations agricoles par canton en 2010
     
   
   
   
   

Les exploitations sont particulièrement présentes :

  • sur le littoral nord du Finistère en raison de la présence des activités maraîchères, porcines et laitières,
  • dans le centre Bretagne (Morbihan) et dans le centre Finistère grâce aux productions porcines, avicoles et laitières,
  • et sur la zone à l’est de la région (Ille et Vilaine) avec de nombreuses exploitations laitières.
   
   
     
    La localisation des principales productions en Bretagne
   
     
     
  Le poids économique du secteur
     
    Les exploitations agricoles bretonnes représentent 22,4% des entreprises de la région. Près de 8% des exploitations françaises se situent en Bretagne (contre 4,6% des entreprises industrielles et 4,8% des entreprises commerciales).

La Bretagne est une grande région d’élevage : elle produit 58% de la production nationale porcine, 34% de la viande de volaille française, 42% de la production nationale d'œufs et 21% de la production nationale de lait.

L’agriculture et l'agroalimentaire bretons contribuent pour près de 8% à la valeur ajoutée totale de la région, contre seulement 4% au niveau national.
     
     
  L’organisation des filières agricoles
     
    La filière agricole

 
     
     
    Pour produire, l’agriculteur se fournit auprès d’industries « d’amont ». Par exemple, en élevage, il achète l’alimentation du bétail, les produits vétérinaires ; en production végétale, les semences, les produits phytosanitaires... Sans parler de tout le matériel : tracteurs, équipements informatiques… Dans certains cas, ces « intrants » sont directement produits sur l’exploitation, en particulier les fourrages et les céréales utilisés pour l’alimentation des animaux.

Par ailleurs, l’agriculteur bénéficie de nombreux services annexes pour l'accompagner dans son acte de production. Il est entouré de conseillers qui le suivent au moment de son installation, et l’aident à améliorer ses résultats techniques au cours de son activité. Il peut faire appel à des entreprises pour assurer certaines tâches comme les travaux des champs (avec l’ETA ou la CUMA) ou la comptabilité (avec le centre de gestion). Le service de remplacement lui fournit de la main d’œuvre pendant ses congés ou ceux de son salarié. D'autre part, il peut faire appel aux syndicats pour défendre ses intérêts, à la bourse de l’emploi pour trouver de la main d’œuvre, aux centres de formation continue, aux groupes de développement…

Les biens agricoles produits sur l'exploitation sont ensuite acheminés vers les industries agroalimentaires (IAA) pour être transformés et/ou conditionnés. Une petite partie de ces biens sont directement commercialisés par les agriculteurs : c'est le circuit de la vente directe (vente à la ferme ou sur les marchés).
L'acheminement vers les IAA peut être géré par un groupement de producteurs : des agriculteurs se regroupent pour mettre en commun leurs productions et les vendre dans l’objectif d’avoir un meilleur pouvoir de négociation face aux IAA.
Les agriculteurs peuvent également gérer eux-mêmes la collecte ou la transformation et la commercialisation de leurs produits dans le cadre de coopératives. Le secteur coopératif est particulièrement développé en Bretagne dans la collecte des céréales, la fabrication d’aliments pour le bétail et de produits alimentaires issus des productions laitières, porcines et légumières.

Une fois conditionnés et/ou transformés, les produits transitent par les réseaux de commercialisation (grandes et moyennes surfaces, magasins de proximité) pour enfin arriver dans l'assiette du consommateur.
     
   
Pour en savoir plus sur l’emploi et l’installation dans le secteur agricole :
  en Bretagne : l'emploi
  en Bretagne : l'installation
  dans les Côtes d’Armor
  dans le Finistère
  en Ille et Vilaine
  dans le Morbihan


     Haut